Francophone  / English
  • Accueil
  • Islande info
  • Islande: Musée-Patrimoine – Littérature – Nature – Folklore – Philosophie

Islande: Musée-Patrimoine – Littérature – Nature – Folklore – Philosophie

Soleil de Minuit Voyages-voyages, circuits, séjours, accompagnés en Islande:         Patrimoine – Littérature – Nature – Folklore – Philosophie

 

Le Musée / Le centre culturel de Þorbergur Þordarson  

Le centre Þorbergur est un centre culturel contenant une exposition dédiée au grand écrivain Þorbergur Þordarson (1888-1974 ) qui a grandi à la ferme Hali, située sur la route près de Jokulsarlon, le célèbre lagon d’iceberg dans le sud-est de l’Islande. Il fait partie des musées « nouvelle génération » qui se sont ouverts en Islande au cours des dernières années pour donner une alternative intéressante et informative de l’histoire locale, maritime et des fermes de tourbe. Le centre a été construit sur un site bien précis, facilement visible de la route, avec deux rangées de formations rocheuses en forme d’épines, impressionnantes. de 2m de haut qui longent le centre.

 

La première dans son genre en Islande, cette unique exposition vous emmène dans un voyage enrichissant à travers la vie et les pensées de l’un des penseurs et écrivains au XXeme siècle les plus célèbres de l’Islande.

On y trouve aussi des photographies d’un monde à présent disparu de Sudursveit, de vagues souvenirs d’un temps révolu  qui nous montre la vie sociale et de travail de la communauté locale entre 1930 et 1960.

« Magnifique- un voyage  de découverte cultuelle  parfaitement présenté » a dit un de nos clients

Dans la région de Vatnajokull dans le sud-est de l’Islande, vous étiez coupés du monde avant 1960.

Remontons le temps à la période entre 1930 et 1960. Les habitants au sud du glacier Vatnajokull vivaient dans l’isolation la plus complète ; ils vivaient surtout des produits de leur ferme et supplémentaient leur alimentation avec la pêche. De nombreuse rivières glaciaires empêchaient le voyage entre les communautés. Au-dessus des villages, se dressaient des montagnes majestueuses comme l’impressionnant Vatnajokull. Le glacier le plus grand d’Europe ;  plus bas se trouvait l’océan atlantique turbulent dont les vagues s’écrasait sur une cote sans port. Ce n’est qu’après 1960 qu’on a construit des ponts sur les rivières les plus dangereuses dans le sud-est de l’Islande – en 1961  Hornafjardarfljot à l’est – en 1967 Jokulsa, sortant de Jokulsarlon – en 1974 Skeidara ( faisant le dernier lien sur la route nr.1)

Jusqu’alors, les visiteurs étaient rares dans le sud-est de l’Islande qui restaient isolés du monde extérieur. Les habitants avaient une vie très dure et continuaient avec un acharnement remarquable. Il fallait beaucoup d’endurance et une bonne connaissance de la nature et des conditions locales pour survivre. Vivre dans ces conditions étaient très difficile et usaient les gens.

Les défis quotidiens dans le sud-est de l’Islande comprenaient de chercher les moutons, de les sauver des falaises, de pêcher sur des bateaux à rames dans la mer et d’attraper les truite dans les rivières. Ramasser assez de foin pour nourrir le bétail pendant tout l’hiver était crucial, car  la vie des gens dépendait du temps et du vent mais aussi ce qu’ils pouvaient faire eux-mêmes. La solidarité et l’aide mutuelle étaient des caractéristiques de cette culture unique.

>> Page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tours English 01